Olivier de Guibert a obtenu son diplôme d’architecture en novembre 1986 à l’école de Paris-Conflans (UP4), mention «avec les félicitations du jury». Son sujet lui a été soufflé par le maire d’alors de Dijon, et son adjoint à l’urbanisme le député Jean-François Bazin (qui sera président du jury), qui souhaitaient bénéficier d’idées neuves sur leurs enjeux urbains. Il portait sur une problématique commune à la plupart des villes historiques : le traitement d’unification entre quartier ancien et quartier de développement urbain autour de la gare, en l’occurrence le quartier de la place Darcy.

 

Dès l’obtention de son diplôme, il a opté pour un achèvement de sa formation en intégrant de grands cabinets dont l’activité privilégiaient l’esprit de synthèse et fait ainsi deux expériences successives :

  1. De janvier 1987 à juillet 1988 il est recruté comme architecte concepteur par Michel Pinseau dont l’activité est depuis les années 1970 presque exclusivement vouée aux innombrables projets du roi du Maroc et qui travaille alors à ce qui sera son œuvre principale, la Grande Mosquée de Casablanca, dont le chantier, inauguré par Hassan II en 1986, durera jusqu'en 1993. Sur un terrain de 12 ha en partie gagné sur la mer, la mosquée est le plus grand édifice religieux de l'islam (minaret de 172 m de haut). Olivier de Guibert consacrera  principalement son temps de collaboration dans ce cabinet à sa participation à la coordination technique des études de sol de ce pharaonique projet. Il sera parallèlement chargé de l’esquisse de conception générale du ministère de l’intérieur à Rabat. Dans cette grande structure de plus de 100 personnes, située dans le Paris prestigieux (avenue Foch), il est certes galvanisant de découvrir les problématiques des très grands projets, mais Olivier de Guibert doute que soit là sa vocation et réalise vite qu’il est davantage intéressé par une activité créative et organisationnelle certes, mais en relation plus directe et plus étroite avec les personnes humaines.

  2. Mi 1988, désireux de faire une expérience moins spécialisée, il postule donc chez Philippe Mathieu dont l’activité est plus proche de celle du futur CGart et il démissionne de l’agence Pinseau. Dans cette structure à taille humaine (une dizaine de collaborateurs), située rue de Narbonne à Paris 7ème, il va participer dans une position de responsabilité plus réelle  et moins diluée, à de multiples réalisations plus ou moins ponctuelles (avant-projet d’une immeuble à Yaoundé au Cameroun, Flamme de la Liberté avenue de New-York à Paris) mais sa principale expérience sera la conception suivie de la responsabilité des travaux de deux grandes demeures urbaines, l’une dans le prestigieux cadre de la villa Montmorency Paris 16ème, l’autre étant une demeure historique du Vésinet des origines, la villa Marguerite (construite en 1870 pour l’industriel Alphonse Pallu créateur de la ville du Vésinet)

 

Prix :

Olivier de Guibert a été lauréat de l’Institut (Académie des Beaux-Arts) pour le Grand prix d’architecture 1985, pour un projet de création urbaine contemporaine en site sensible au cœur de la ville historique d’Autun.

CGart architectes

13 passage Landrieu 75007 PARIS - 01 45 51 79 70 - paris@cgart.fr

3, place des trois Marie 24320 LA TOUR BLANCHE - 05 53 90 38 90 - dordogne@cgart.fr

4, rue de la république 69001 LYON - 07 82 01 65 60 - lyon@cgart.fr

 2020 © CGart  - All rights reservered 

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon